BITCOIN : LA DÉCLARATION D’AMOUR DE BRUNO LE MAIRE

AFP

Dans une tribune signée sur le site Numerama, le ministre des Finances Bruno Le Maire prévient que la France ne manquera pas cette révolution technologique.

Farouche adversaire du bitcoin il y a encore quelques semaines, Bruno Le Maire a semble-t-il changé de paradigme au sujet des cryptomonnaies (également appelées « cryptoactifs »). Le ministre des Finances a signé lundi 19 mars une tribune sur Numeramadans laquelle il assure que “nous ne raterons pas la révolution de la blockchain !” Cette prise de parole coïncide avec le début de la réunion des ministres des Finances du G20 à Buenos Aires. Pour la première fois, les argentiers des plus grandes puissances mondiales abordent le sujet des cryptomonnaies et leur éventuelle régulation.

“Une révolution est en cours, dont le bitcoin n’était que le précurseur”, déclare Bruno Le Maire. “La blockchain va offrir des opportunités inédites à nos start-up, par exemple avec les Initial Coin Offerings (ICO) qui vont leur permettre de lever des fonds grâce à des “jetons” (tokens), en cryptoactifs ou non. Elle promet de créer un réseau de confiance sans intermédiaire, d’offrir une traçabilité accrue des transactions et, globalement, de faire gagner l’économie en efficacité”, argumente-t-il, comme pour répondre à certains observateurs (dont Capital) qui lui avaient reproché des erreurs factuelles lors d’une précédente intervention.

Il confirme également des informations révélées par Les Échos la semaine dernière : le gouvernement va proposer un cadre législatif qui permettra “aux entreprises initiant une ICO de démontrer leur sérieux aux investisseurs potentiels”. Celui-ci devrait se présenter sous la forme d’un visa délivré par l’Autorité des marchés financiers (AMF). “Clarifier le droit pour attirer l’innovation, identifier les risques sans entraver notre écosystème, voilà notre démarche”, rajoute le patron de Bercy.

QUID DE L’IMPOSITION DU BITCOIN ? MYSTÈRE

Concernant la simple spéculation des cryptoactifs comme le bitcoin ou l’ether, le ministre n’a pas pas ouvert les vannes mais se montre moins vindicatif qu’avant : “Faut-il y voir un simple produit spéculatif ? Quelles seront les garanties futures pour la sécurité et la protection des épargnants ? Comment s’assurer que ces nouveaux instruments ne servent pas à blanchir ou financer des activités criminelles ?”. Il souligne qu’une mission d’information est en cours et devra répondre à ces questions pour proposer un cadre juridique efficace. “Toutes les propositions sont les bienvenues”, déclare-t-il. On mesure le chemin parcouru : début février, il n’hésitait pas à affirmer que le bitcoin était lié au financement du terrorisme (contre l’avis de la totalité des experts).

Il est encore prématuré pour dire que le gouvernement fonce dans l’univers crypto, notamment en l’absence d’un volet fiscal. Bruno Le Maire n’y fait aucune allusion dans sa tribune. Or, s’il veut faire de la France un pays attractif pour les crypto-investisseurs, ces derniers devront bénéficier d’une taxation au moins alignée sur les revenus du capital (actuellement 30%). Actuellement, les épargnants peuvent être taxés jusqu’à 66,2% de leurs plus-values. L’association La Chaintech, qui défend les acteurs blockchain, a récemment rencontré les services de la Direction de la législation fiscale. Selon elle, ces derniers ont semblé « avoir conscience des fragilités du régime actuel et ont été à l’écoute de nos propositions. »

Source : Capital.fr  publié le   mis à jour LE 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »
%d blogueurs aiment cette page :